Search
jeudi 8 décembre 2016
  • :
  • :

Il viole une fillette spinalienne de 9 ans à de multiples reprises

image_pdfimage_print

stop-1131143_960_720Ce mercredi matin, le procès d’un homme accusé du viol d’une jeune fille de 9 ans a débuté au tribunal de grande instance d’Epinal. Les jurés de la cour d’assises des Vosges devront rendre leur verdict vendredi.

C’est une conseillère principale d’éducation dans un collège spinalien qui alerte les parents d’une jeune fille qu’elle aurait subi des viols. L’homme entretenait une relation avec la mère de la fillette. Un jour, la mère de famille rentre un peu plus tôt, elle surprend l’homme déshabillé qui sort de la salle de bain. Elle le questionne et celui-ci avoue avoir eu plusieurs actes sexuels avec la jeune fille sans que celle-ci ne soit consentante. Il explique ses agissements par des pulsions sexuelles, comme lors d’une partie de pêche sur le bord de la Moselle à Epinal où celui-ci aurait introduit son sexe dans la bouche de la jeune fille.

La mère décide alors de mettre à la porte son compagnon. Du 1er juin 2005 au 30 novembre, la jeune Spinalienne âgée de 9 ans aurait été violée à de nombreuses reprises : une cinquantaine de fois selon elle, 8 fois selon le compagnon. Elle a subi plusieurs fellations, des pénétrations digitales et aurait même subi une pénétration vaginale. L’homme a avoué les attouchements, les fellations, les masturbations, mais ne sait plus très bien s’il y a eu ou non une pénétration vaginale. « Je ne suis plus trop sur » dira-t-il aux forces de l’ordre avant d’admettre que celle-ci n’était pas consentante.

Les perquisitions au domicile de cet homme ont permis de retrouver sur son ordinateur plus de 1500 photographies et vidéos à caractère pornographique. Lors de son interrogatoire, l’homme avoue que lui-même avait été victime d’actes sexuels dans son enfance. Il fait aussi état de pulsions sexuelles envahissantes, et dit avoir eu peur de passer à l’acte depuis un moment. Il a par ailleurs consulté un médecin avant d’être hospitalisé à Ravenel.

La peine maximale est de 20 années de réclusion criminelle.

C.K.N.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *