Search
dimanche 4 décembre 2016
  • :
  • :

Venue possible de 20 migrants de Calais à Epinal

image_pdfimage_print

conseil-municipal

Pierre-Jean Robinot, élu de la liste « Epinal Autrement », s’inquiète de la venue possible à Epinal d’un groupe de migrants venant de Calais. Lors du dernier conseil municipal, il a ainsi posé la question au député-maire d’Epinal, lui demandant combien de migrants sont attendus dans la cité des images. Le maire annonce que le Préfet l’a informé de la venue possible de 20 personnes réparties dans 4-5 logements.

« Nous avons eu la désagréable surprise d’apprendre par un journal National, que vous vous étiez porté volontaire pour accueillir un groupe de migrants venant de Calais et ce, sans consulter le conseil municipal. » explique l’élu de l’opposition Pierre-Jean Robinot.

« A l’approche des élections présidentielles, le gouvernement a la volonté et nous comprenons pourquoi, de disséminer les migrants de Calais dans toute la France afin de diluer un problème majeur qu’il est incapable de résoudre. Nous souhaiterions savoir, combien de migrants sont attendus à Epinal ? Pour quand est prévue leur venue ? Ou vont-ils être logés ? Qu’est-il prévu pour leur intégration ? A combien est évalué le coût de leur résidence dans le temps ? » demande Pierre-Jean Robinot.

La réponse du maire ne se fait pas attendre. « Le Préfet m’a informé de la venue possible et non certaine de migrants calaisiens dans notre département, et je lui avais indiqué qu’une répartition sur le département me paraissait souhaitable. Dans les semaines qui ont suivi, le Préfet m’a informé de la venue possible de 20 personnes réparties dans 4-5 logements du parc privé. Je lui ai indiqué que pour une population de 34 000 habitants, cela me paraissait tout à fait acceptable.» répond Michel Heinrich.

« L’Etat a seul la charge des migrants au titre de la politique de l’asile. A ce titre, il décide seul des modalités d’hébergement, d’accueil et de suivi. L’Etat peut ainsi chercher sur le territoire à organiser l’accueil de ces populations, via un hébergement dans le parc public ou privé. Il assure aussi les moyens de subsistance et le suivi social, le temps que la procédure d’instruction de la demande d’asile arrive à son terme et assure le financement de cette prise en charge. » poursuit le député-maire.

D’ici fin décembre, l’Etat veut trouver près de 12 000 places d’hébergements en France pour accueillir les migrants de la jungle de Calais. La Région Grand Est doit accueillir plus de 1300 migrants d’ici la fin de l’année 2016.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *