Search
samedi 10 décembre 2016
  • :
  • :

Georges Bizet à l’Opéra : une perle !

image_pdfimage_print

P1000937La classe de Seconde I du Lycée Henri Poincaré a été conviée à prendre part à la répétition générale des Pécheurs de perles de Bizet à l’Opéra national de Lorraine. Georges Bizet a 25 ans lorsqu’il achève la création de son premier véritable opéra. Bien que n’ayant pas la même renommée que le célèbre Carmen qu’il écrira plus tard, Les Pêcheurs de Perles aura fait coulé beaucoup d’encre.

Ce qui saute aux yeux, c’est la modernisation de la pièce, proposée par Emmanuelle Baset, nous offrant une vision actuelle de l’œuvre. En effet, les costumes, décors et accessoires en attestent par la pauvreté de leur apparence mais également leur richesse du point de vue du message qu’ils transmettent.

Les costumes sont déchirés et ternes, on a l’impression d’avoir affaire à de la récupération. Le travail en amont des couturières a été énorme, des dizaines et des dizaines de costumes ont été rapiécés spécialement pour l’occasion. Les décors minimalistes nous plongent dans la pièce sans artifice superflu.

L’ensemble nous emmène sur un littoral assez dépouillé, mettant ainsi en avant les performances des chanteurs et le jeu de scène. Les accessoires, quoiqu’un peu surprenants pour certains, accentuent la décision d’Emmanuelle Baset, visant à placer l’œuvre dans l’époque actuelle. Cela va des armes contemporaines à de simples foulards. Ces accessoires mêlés au décor minimaliste d’une plage déserte et dévastée, forment une harmonie chaotique, mettant en avant la beauté lyrique de l’opéra, et notamment le chœur, brillant dirigé par Reni Calderon.

Un chef d’orchestre polyvalent

Reni Calderon encadre ce vaste ensemble qu’est l’orchestre et le chœur de l’Opéra de Nancy. Ce dernier laisse sa marque dans la représentation que nous propose Emmanuelle Baset. Spécificité du chef d’orchestre, qui est à souligner, ce dernier travaille sans partition, notamment pour les répétitions, ce qui avec du recul donne le vertige, surtout quand on sait que l’orchestre et le chœur sont composés de plus de 80 musiciens et chanteurs ! Il a aussi très bien su mettre en valeur et associer le chœur de l’Opéra national de Lorraine, celui de l’Opéra-Théâtre de Metz-Métropole et l’Orchestre symphonique et lyrique de Nancy.

Les performances à souligner sont celles d’Edgardo Rocha dans un Nadir sensible et romantique, Leïla incarnée à merveille par Vannina Santoni avec une voix exceptionnelle et Jean-François Lapointe qui même souffrant a su imposer le personnage de Zurga.

Pour ces Pêcheurs, le public applaudissait encore après la fermeture du rideau, un franc succès pour cette fin de saison.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *