Search
samedi 3 décembre 2016
  • :
  • :

Les agriculteurs inquiets face aux intempéries ! Un impact important sur les récoltes

image_pdfimage_print

inondations

Pluie, orage et nuages, les ingrédients parfaits pour un été désastreux côté météo. Depuis le début de l’année, on recense 670 mm de précipitations sur Epinal-Dogneville alors que la moyenne des 15 dernières années est de 480 mm. Les agriculteurs sont inquiets. Si le soleil ne revient pas rapidement, les conséquences pourraient être lourdes sur les récoltes.

P1150891Des pluies régulières ont arrosé tout le département. On constate une hausse de 60% d’eau par rapport à une année dite « normale ». « Cette situation météorologique est d’autant plus compliquée, que ces pluies incessantes depuis le mois d’avril ont suivi un mois de mars avec des gelées » explique le président de la Chambre d’agriculture des Vosges, Jérôme Mathieu. Selon lui c’est une situation inédite et désastreuse pour les agriculteurs vosgiens. « Cela fait depuis 1983 que l’on a pas eu une période aussi humide !» 

Une récolte d’herbe impossible pour le moment

Si la quantité est au rendez-vous, la qualité des récoltes n’est pas bonne. « On a des difficultés pour les récoltes car les terrains sont complètement détrempés. » commente Jérôme Mathieu.

Après une année 2015 marquée par la sécheresse, l’année 2016 sera tout aussi compliquée avec de fortes précipitations qui menacent les récoltes des agriculteurs vosgiens. « Dans un contexte économique difficile avec des cours au plus bas, cette deuxième année de déficit fourrager risque d’impacter encore plus la trésorerie des agriculteurs » poursuit le président.

IMG_2386Les fortes précipitations ne permettent pas d’accéder aux parcelles et de récolter les foins. Des pertes en quantité et en qualité sont attendues lors de la récolte et vont accentuer les dommages liés aux récoltes d’ensilage d’herbe réalisées dans de mauvaises conditions.

« Certaines parcelles de maïs n’ont pas pu être semées et aujourd’hui celles-ci ne cumuleront pas assez de température pour arriver à maturité. » déplore le président.

Compte-tenu de la météo, certains éleveurs ne sortent plus leurs vaches et les nourrissent comme en hiver en consommant déjà leurs stocks.

C.K.N.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *