Search
lundi 5 décembre 2016
  • :
  • :

Violences – Ils sectionnent les tendons d’un pâtissier, poignardent un homme et dévisagent une femme Ultra-violence et tribunal correctionnel

image_pdfimage_print

couteau-menace

Hier, deux hommes étaient jugés au tribunal d’Epinal pour des actes de violence qui ont eu lieu en 2014 à Saint-Dié-des-Vosges.

Plusieurs incidents leurs sont reprochés. Le 3 mai 2014 à 3h30 du matin alors qu’un couple sortait du bar « Le Broadway » de Saint-Dié-des-Vosges, les deux hommes en voiture accostent violemment le couple. L’alcool aidant et bien que les deux parties ne se connaissent pas, la situation s’envenime rapidement. Les deux hommes sortent de la voiture pour tabasser violemment le client du bar de nuit : coups de couteau dans le dos, coups de matraque et de pieds. Ses tendons du poignet sont sectionnés. La victime est pâtissier et a encore aujourd’hui des doigts paralysés.

Malgré la vidéo de la caméra de vidéosurveillance du bar qui a entièrement filmé la scène, les deux hommes de 24 et 37 ans ont assuré qu’ils étaient innocents.

Dans une autre affaire, un homme a été poignardé à de nombreuses reprises par un groupe de personnes. Selon la victime, le trentenaire faisait parti de ses agresseurs. Là encore, le prévenu nie les faits et assure qu’il n’était même pas sur les lieux.

Coups de poing au visage d’une femme

Le trentenaire est aussi accusé d’avoir violenté une femme à coups de poing au visage. Quand on lui demande pourquoi, il répond : « Elle m’a trop mal parlé. Ça ne se fait pas ». Les faits ont eu lieu alors qu’il était présent à une fête que donnait sa voisine. Ivre, il n’a pas supporté une réflexion. La victime est défigurée avec de nombreux hématomes et souffre d’une déviation nasale.

Le verdict est tombé en fin d’après-midi. Le trentenaire écope de trois ans et huit mois de prison. Pour son copain, ce sera deux ans et demi.

C.K.N.




Une réaction sur “Violences – Ils sectionnent les tendons d’un pâtissier, poignardent un homme et dévisagent une femme

  1. BOURGOIN

    Ils n’ont que ça comme peine ??? Mais c’est hallucinant, après les dégats physiques, et psychologiques qu’ils ont fait subir à ces pauvres gens ! La justice est pourrie, elle encourage tous les vices !

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *