Search
jeudi 8 décembre 2016
  • :
  • :

Demain, un Vosgien monte à l’Elysée pour taper du poing sur la table

image_pdfimage_print
Michel Fournier, maire de Les Voivres. (crédits photo mairie Les Voivres)

Michel Fournier, maire de Les Voivres. (crédits photo mairie Les Voivres)

Le maire de Les Voivres, Michel Fournier ne décolère pas. Il a déjà rencontré le Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve et le Ministre de l’Aménagement du Territoire pour leurs demander pourquoi les territoires ruraux sont oubliés. Il a aussi demandé aux élus d’arrêter les réformes à répétition qui deviennent « un frein à l’investissement local ».  Demain, il doit rencontrer le Président de la République à l’Elysée pour taper du poing sur la table. 

« J’ai rencontré le Ministre de l’Intérieur, Bernard CAZENEUVE et le Ministre de l’Aménagement du Territoire, Jean Michel BAYLET, le 23 février dernier pour les sensibiliser sur la mise en place d’une véritable politique au bénéfice des territoires ruraux. Que cela soit au niveau de la DGF, de la prise en compte de la notion de territoire et plus encore du besoin d’arrêter les réformes à répétition qui deviennent un frein à l’investissement local.

Il nous a fallu batailler, le 24 février, avec les opérateurs téléphoniques et numériques pour une couverture de nos espaces ruraux, parents pauvres une nouvelle fois des services vitaux de notre développement, et cela, avec le Ministre des Finances, Emmanuel MACRON, ouvert et sensible à nos besoins.

 Pour clôturer cette quinzaine, je rencontre le Président de la République, François HOLLANDE, ce mardi 1er mars, à l’Elysée. « Enfoncer le clou » est l’objectif de cette entrevue ; les sujets nationaux et locaux ne manquent pas ! »

Michel FOURNIER, Maire de LES VOIVRES, Président de l’Association des Maires Ruraux des Vosges et Vice Président de l’Association des Maires Ruraux de France




2 réactions sur “Demain, un Vosgien monte à l’Elysée pour taper du poing sur la table

  1. Yveline Méline

    Michel Fournier monte au créneau, j’en suis ravie. Mais il ne s’agit plus d’attendre le changement sans que les communes rurales réalisent qu’elles doivent faire un pas vers la modernité et tourner le dos à la nostalgie qui fait partir les habitants et les jeunes faute de dynamisme, de projets avec la peur de changer ; et pour certaines, une réelle difficulté à valoriser leur commune faute de connaître les arcanes des financements publics.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *