Search
vendredi 9 décembre 2016
  • :
  • :

Christian Franqueville vous présente ses meilleurs vœux pour 2016

image_pdfimage_print

Christian-Franqueville

« Alors que nous tournons la page de l’année 2015, nous avons tous envie de laisser derrière nous les situations bouleversantes que nous avons traversées ensemble, pour ne garder en mémoire que les bons moments que nous avons vécus et partagés.

Au moment d’entrer en 2016, je forme le vœu que cette nouvelle année soit placée sous le signe de la réussite de vos projets personnels et professionnels, et souhaite que nous agissions avec détermination pour que la France demeure un pays de liberté où les valeurs républicaines continuent à s’exprimer pleinement.

Les difficultés que nous avons connues, pas plus que les menaces portées à nos valeurs de Liberté, Egalité, Fraternité, ne doivent nous empêcher d’avancer vers la connaissance et le progrès.

La COP 21, dont nous avons été les organisateurs, a abouti à un accord ambitieux qui donne de l’espoir à tous les peuples, pour qui le dérèglement climatique est un danger réel.

Cette prise de conscience, face à la fragilité de notre planète, souligne la volonté d’agir ensemble et de lutter collectivement devant un problème que nous ne pouvons affronter, et encore moins résoudre seuls.

Unanimement, les 195 pays se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, afin que chaque peuple puisse continuer à vivre sur son territoire, car c’est celui qu’il aime le plus et dans lequel il se sent le mieux.

La France a su montrer la voie en votant, dès cet été, la loi de transition énergétique pour la croissance verte.

Par cette loi, nous donnons les moyens à nos industries, à notre agriculture et au secteur du bâtiment, de s’appuyer sur les dispositifs mis en place par le Gouvernement pour trouver de nouveaux relais de croissance durable.

Pour jouer un rôle de premier plan dans une compétition économique mondialisée, l’Union Européenne se doit d’être encore plus forte. La France ne pouvait rester en retrait de ces grands ensembles territoriaux. C’est pourquoi, tout en restaurant l’échelon départemental avec un rôle d’accompagnement sociétal de proximité, notre pays s’est doté d’une nouvelle organisation territoriale avec des régions plus grandes et plus puissantes, donc plus compétitives.

Avec une progression de 1,1% de notre croissance en 2015, grâce aux efforts demandés à tous les Français, notre pays renouera enfin, en 2016, avec une croissance économique similaire à celle de ses partenaires européens, notamment l’Allemagne, signe de la performance économique retrouvée.

Le combat premier doit bien sûr rester celui de la lutte contre le chômage, qui passe par la croissance économique.

C’est également dans cette logique que s’inscrit la loi pour la Croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques. Cette loi a pour objectif d’agir sur tous les leviers qui favorisent la relance de la croissance, de l’investissement et donc de l’emploi. Elle s’articule autour de trois grands principes : Libérer, Investir, Travailler, et ne sert qu’un seul intérêt : l’intérêt général.

Le retour de notre efficacité économique vient aussi renforcer le financement de la solidarité nationale, qui a permis des avancées sociales nouvelles, majeures depuis 2012.

C’est ainsi que nous pourrons persévérer dans la voie du rééquilibrage financier et de la modernisation de notre système de santé.

La loi Santé, que nous avons votée en 2015, s’articule autour de trois axes : le renforcement de la prévention, la réorganisation autour des soins de proximité à partir du médecin généraliste, le développement des droits des patients.

Ainsi, alors que 30% de nos Concitoyens renonçaient, faute de moyens financiers, à se faire soigner, ils auront désormais, grâce au vote de cette loi, accès au tiers-payant et donc gratuitement accès à la prévention et aux soins. Concrètement, les Français n’auront plus à payer avant de se faire rembourser et c’est, je crois, cette égalité d’accès aux soins pour tous qui constitue aussi le ciment de la solidarité nationale ainsi que le sentiment d’appartenance à une belle et grande nation démocratique.

Cette volonté de solidarité n’aura pas provoqué l’aggravation du déficit de la sécurité sociale ; bien au contraire, ce déficit qui était de 21 milliards d’euros en 2011 sera officiellement, grâce aux politiques engagées, de 12,8 milliards d’euros en 2015, et devrait s’établir à 9,7 milliards d’euros pour l’année 2016, soit un déficit divisé par deux.

Par ailleurs, après un déficit abyssal de 7,9 milliards d’euros en 2011 qui mettait effectivement en péril l’avenir de nos retraites, les régimes de retraite de base afficheront, pour la première fois depuis 2004, un excédent de 500 millions d’euros en 2016.

Oui, nous le voyons, le redressement économique et la préservation de notre modèle social, qui sont les véritables objectifs poursuivis par le Gouvernement, sont en voie de réussite. Pour autant, nous le savons, il reste encore beaucoup à faire. L’une de nos premières ambitions en 2016 sera de mettre le progrès économique au service d’une plus juste répartition des fruits de l’effort qui doit être partagé, pour ne pas hypothéquer l’avenir des générations futures.

Je forme le vœu que l’année 2016 soit placée sous le signe de la concorde, de la stabilité et de la confiance retrouvée.

Soyons unis pour faire vivre nos valeurs républicaines! La France est une grande démocratie. Son histoire, qui a toujours été un modèle dans le monde, ne connaît pas de fin.

J’aimerais que chacun d’entre nous soit persuadé qu’il vit dans le plus beau pays du monde.

Bonne et heureuse année 2016 à la France et à chacune et chacun d’entre vous ! »

Christian Franqueville, député des Vosges 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *