Search
lundi 5 décembre 2016
  • :
  • :

Vosges – L’intégration de M.A. Industrie au Groupe Galilé officialisée

image_pdfimage_print

28-robot-ABB

Article participatif de Denis Philippe.

Photographies : Jean-Claude Olczyk.

Ce jeudi 15 octobre 2015 marquera une date importante au sein de la société stéphanoise. Aux portes ouvertes organisées à l’occasion du 33ème anniversaire de l’entreprise et qui a rassemblé un large public tout au long de la journée, s’ajoutait l’officialisation de l’entrée de M.A. Industrie au sein du Groupe français Galilé, revendiquant savoir-faire et excellence.

L’entreprise locale, qui conservera son identité et l’ensemble de son personnel, est la 13ème à intégrer le groupe sur l’hexagone, dont la 6ème notamment dans le cadre du pôle Industrie après Escofier (Châlons-Sur-Saône), Farman (Joue-lès-Tours), Provéa et Manusystems (Vénarey-Les-Laumes) et P.I. System Automation (Romagnat). Autour de Jean-Claude Joly, dirigeant-créateur de M.A. Industrie et de Eric Michoux, Président-Directeur-Général du Groupe Galilé, de nombreux élus, maires et représentants du Département et de la Région, ainsi que de nombreux invités, clients, fournisseurs et partenaires, se sont succédés au siège de l’entreprise stéphanoise. Et à chaque poste de travail, les différents personnels ont démontré le savoir-faire technologique de la Société en tant que constructeur d’équipements spécialisés de production et de manutention et également intégrateur de robots.

03-Dirigents-MAI-et-Politiques (1)Directeur de M.A. Industrie, Jean-Claude Joly, s’est montré en guide averti de son entreprise qu’il a fondée en 1982 en tant qu’artisan dans les garages de ses parents. Puis le bâtiment actuel (une ancienne fonderie) fut aménagé en plusieurs périodes pour en devenir le propriétaire à part entière. Une première étape déjà réussie. Tout comme la suite qui allait se dérouler au cours des trois dernières décennies : qualité des fabrications, innovation, technologie de pointe, d’où la grande satisfaction des clients.

Jean-Claude Joly le soulignait lui-même : « en 30 ans, nous avons réalisé 600 machines spécifiques et uniques, destinées à l’industrie. Nous avons travaillé aussi bien sur les portes de la Volvo 700, sur les profils de la Renault 19, ancêtre de la Mégane, tout comme aujourd’hui sur les nouvelles Smart, Twingo ou encore le Partner ». Et de souligner à la suite : « actuellement, nous réalisons des machines pour Armstrong, Minolta Konica (conditionnement de flacon de poudre), GPV (encollage d’enveloppes) ou encore Vinci Cegelec (dégrilleurs pour le Congo).

24-positionnement-dune-pi-¿ceAutre spécificité de M.A. Industrie, l’intégration de robots pour l’assemblage de tampons de voirie, la découpe de profilés de forte épaisseur, la transformation de tubes, la production d’articles de cuisine, le conditionnement de fromages découpés, la palettisation de tous produits emballés ou bruts entre autres. La société réalise aussi l’usinage de pièces pour Numalliance, Arcelor Mittal, ou encore Liebherr… Ceci sans oublier les centrales hydrauliques dont M.A. Industrie assure la maintenance et la réalisation des équipements périphériques de type dégrilleurs (et dont la société a déposé le brevet).

Un objectif : faire aussi bien que les voisins allemands

23-maintenanceLors de son allocution, le directeur l’a clamé haut et fort : « Impossible n’est pas Joly » avant de poursuivre : « maintenant, les années passent, il faut faire des choix et avant ma retraite, je dois m’assurer que mon entreprise soit viable et puisse conserver sa réputation. Pour cela, nous avons défini une stratégie de développement pour élever le niveau de compétence sur plusieurs années par la formation,l’investissement et la normalisation. Mon objectif est de faire aussi bien que nos voisins allemands et d’apporter notre flexibilité. » Et de traduire : « mon choix s’est porté sur le groupe Galilé, cela plus tôt que prévu, car le rapprochement avec les autres entreprises du pôle Industrie nous permet de ne pas être en concurrence directe avec nos clients, mais plutôt complémentaires ».

04-les-TechniciensJean-Claude Joly affirmait par ailleurs avoir confiance pour l’avenir de ses employés par l’intégration de leurs activités dans un groupe de techniciens et ingénieurs « qui ont le sens de l’entreprise et qui pourront répondre à leurs attentes ». Il remerciait par ailleurs les représentants du Conseil Régional et du Conseil Départemental pour leurs aides financières aux investissements ayant permis de créer 4 emplois dans le contexte économique actuel.

26-pi-¿ce-usin-®e-par-robotComptant 38 salariés, la société M.A. Industrie a réalisé un chiffre d’affaires de 4,6 millions d’euros en 2014. Ses principaux secteurs d’activités sont axés sur l’équipement automobile, l’aéronautique, l’agro-alimentaire, la métallurgie, la plasturgie, l’industrie du bois, la papeterie…

Les défis 2016 sont posés

M.A. Industrie mise sur l’application des stratégies suivantes lors de la prochaine année : favoriser les synergies avec les autres entités du pôle industrie Galilé ; pérenniser le leadership de M.A. Industrie au niveau régional et national ; poursuivre le développement à l’export (Allemagne) et augmenter le chiffre d’affaires de l’entreprise ; développer la sous-traitance et les activités existantes ; optimiser la technologie, la qualité et le suivi de la fabrication et le service clients. De nouveaux enjeux certes, mais qui s’inscrivent dans la logique même de ce qui a été entrepris jusqu’alors. Avec brio, il faut le souligner.

29-robot-Farman (1)L’esprit M.A. Industrie pérennisé

Présent à Saint-Etienne-lès-Remiremont ce jeudi, Eric Michoux, Président-Directeur-Général du Groupe Galilé, a tenu a le préciser : « Monsieur Joly est un homme carré et je peux affirmer que dans notre négociation, son souci principal consistait à transmettre son entreprise à un groupe prenant en compte l’aspect humain et la pérennité d’un savoir-faire dont l’identité est reconnue. Je vous confirme aujourd’hui que l’esprit M.A. Industrie restera intact et continuera de vivre et de se développer sur ses terres vosgiennes ».

Son intégration au Groupe industriel français Galilé, dont le siège est basé à Chalons-Sur-Saône, va permettre de renforcer un réseau dynamique et d’excellence bien présent dans tout le Grand-Est.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *