Search
samedi 10 décembre 2016
  • :
  • :

Saulxures-sur-Moselotte – Fibers : le repreneur chinois renonce, les 42 salariés au chômage Le tribunal de commerce d'Epinal doit se prononcer sur le statut des 42 salariés ce mardi 2 juin 2015.

image_pdfimage_print

11119972_10205428146556664_564473089_n1

Ecrit par David Jeangeorges.

Mardi 14 avril 2015, le tribunal de commerce d’Epinal avait donné son accord pour que l’entreprise Fibers soit reprise par la société Jiangyn Huamao Chemical Fiber Co, créée par le groupe chinois Jiangyn Huamaoun. Il devait prendre possession des locaux au 1er mai 2015. Finalement, le repreneur chinois jette l’éponge, laissant les 42 salariés au chômage. Leur sort doit être réglé ce mardi 2 juin 2015 par le tribunal de commerce d’Epinal.

Douche froide pour l’ensemble des 42 salariés de Fibers. 30 d’entre eux devaient être repris par le par le groupe chinois Jiangyn Huamaoun qui avait racheté l’outil de travail pour 10.001,00 €uros.

Celui-ci devait investir au 1er mai 2015 les locaux dont est propriétaire la communauté de communes de la Haute-Moselotte. Mais depuis le jugement rendu mardi 14 avril 2015, les élus et les salariés sont sans nouvelles du repreneur chinois. Le tribunal de commerce avait notamment requis de ce dernier qu’il crée une société de droit français ce qu’il n’a jamais fait.

“Depuis le jugement du 14 avril, les Chinois sont injoignables et insolvables. On ne rencontre personne, on ne réussit à joindre personne” constate le président de la com’com Jean-Claude Dousteyssier, contacté ce lundi par nos soins. Il ajoute : “j’ai appris par la bande depuis deux ou trois jours que l’affaire repassait devant le tribunal de commerce d’Epinal ce mardi 2 juin 2015 mais les élus de la communauté de communes ne sont pas convoqués”.

Au titre du mois de mai 2015, un premier loyer devait être versé par le repreneur chinois à la communauté de communes de la Haute-Moselotte pour l’occupation des locaux qu’elle avait racheté au prix de 900.000 €uros. Elle n’a rien vu venir à ce jour.

A défaut finalement de repreneur, le tribunal de commerce est donc appelé ce mardi 2 juin 2015 à se prononcer sur le statut des 42 salariés. Sauf un nouveau coup de théâtre, ceux-ci vont tous se retrouver au chômage. Un an seulement après avoir été embauchés par Fibers.

Rappel des faits.

Rappelons que le tribunal de commerce d’Epinal a donné un avis favorable, mardi 14 avril 2015, à la reprise de l’entreprise Fibers par la société Jiangyn Huamao Chemical Fiber Co, créée par le groupe chinois Chinois Jiangyn Huamao. Sur les 42 salariés, 30 devaient être conservés. Entendu une première fois le mardi 30 mars 2015, ce repreneur chinois avait dû faire des propositions plus solides.

Le repreneur chinois avait été entendu une première fois par le tribunal de commerce le mardi 30 mars 2015. Il a dû faire des propositions plus solides. Il devait injecter 2 millions d’euros d’investissements pour réaliser des travaux d’amélioration de l’outil de travail.

Ce repreneur n’était autre que le vendeur de la machine acquise pour la ligne de production de l’usine de Saulxures-sur-Moselotte. Il connaissait donc bien les dirigeants de Fibers.

« Ça ne sera pas une friche industrielle et ça ne va pas partir à la liquidation. C’est un vrai soulagement. La société chinoise va créer une société en France et va reprendre 30 personnes sur les 42. Nous, on va en reprendre de toute façon. Je pense que ça va se terminer avec 2 ou 3 personnes réellement licenciées. Le projet va continuer avec d’autres personnes c’est ce qui est le plus important. Les chinois ont donné des garanties ce matin pour remettre en route cette société. Je suis prêt à collaborer avec eux. Ce sont des gens très sérieux » témoignait le 14 avrilBernard Charbonnier, le PDG de Ventron Confection.

« On est attentif au maintien du matériel dans les locaux pendant 5 ans »poursuivait Jean-Claude Dousteyssier, le président de la communauté de communes de la Haute-Moselotte qui a racheté le bâtiment 900.000 euros pour le louer à Fibers.

Cette entreprise de recyclage de fibres de polyester était en redressement judiciaire depuis le 17 février 2015. Elle avait ensuite été liquidée le mardi 10 mars 2015 par le tribunal de commerce d’Epinal, avec une période d’activité de trois mois.

Cette liquidation était survenue suite à un accident du travail mortel dès le 1er juillet 2014 et aux difficultés économiques. Elle avait été prononcée alors que Fibers, filiale de Ventron Confection dirigée par Bernard Charbonnier, a commencé son activité seulement dix mois auparavant, en mai 2014.

Ce projet de 12 millions d’€uros avait été soutenu à hauteur de 6 millions par les collectivités publiques via des aides directes et indirectes de l’Etat. Pendant que le carnet de commandes était vide, la quasi-totalité du personnel était d’ailleurs placée en congés payés. Fibers avait basé son projet sur un circuit de collecte et de recyclage des fibres de polyester pour en faire de nouveaux produits et leur donner une seconde vie. Ces fibres devaient être récupérées pour devenir des couettes et des oreillers.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *