Search
jeudi 8 décembre 2016
  • :
  • :

« Je vais bien, tout va bien » : Que d’allergies mes amis, que d’allergies ! Ca démange ou ça picote ?

image_pdfimage_print
Carte

Carte d’alerte aux pollens RNSA, alerte rouge aux graminées dans les Vosges (Crédit : RNSA)

Depuis plusieurs années, on n’entend plus que ça : des pics allergiques par ci, des alertes par là. Et pour cause : les 15 dernières années ont vu le nombre de personnes allergiques doubler ! Aujourd’hui, c’est une personne sur trois qui est allergique, et dans 10 ans ce sera une personne sur deux…

De 7 à 77ans, il n’y a pas d’âge pour développer une allergie, ou même plusieurs à la fois. Les réactions allergiques sont même de plus en plus sévères ! Mais qui sont les responsables d’une telle envolée ?

La pollution

pollution

Les particules fines sont ce qu’il y a de pire pour favoriser les allergies respiratoires. Elles sensibilisent et fragilisent nos muqueuses ORL et nos bronches qui réagissent d’autant plus fort lorsqu’elles entrent en contact avec acariens ou pollens. D’autres polluants sont aussi présents dans nos intérieurs : produits ménagers, chaudières, sols et isolation, peintures…

Eté indien, doux hiver et explosion de pollens

bee-collecting-pollen

Le réchauffement climatique modifie sans cesse la composition de l’air en pollens. Des espèces végétales apparaissent dans des zones où elles ne se développaient pas autrefois. Mais surtout, ce sont nos hivers plus doux qui augmentent la quantité de pollens libérés dans l’air. Les quantités de pollens de bouleaux, frênes ou noisetiers par exemple, explosent depuis ces dernières années.

Petits plats d’ailleurs et petits plats tous-faits

1381225193

La diversification de notre alimentation semble jouer un rôle important. Les fruits et légumes venus d’ailleurs apportent leurs lots d’allergènes, mais subissent aussi plus de traitements pour arriver jusqu’à nous. C’est aussi le cas des plats préparés qui reçoivent de nombreux additifs industriels, des techniques d’élevage et d’agriculture intensifs.

Trop d’hygiène tue l’hygiène

kids2

Trop d’hygiène tue l’hygiène. Voici qui résume la fameuse théorie hygiéniste. Il s’agit ici d’incriminer la surconsommation d’antibiotiques et de produits désinfectants pour expliquer la réaction de notre immunité contre des allergènes plutôt que contre des virus ou des bactéries. Cette théorie a cependant nombre de détracteurs.

Des maisons comme des cocons

e3461a921a_acariens_01

Acariens

Nos logements, plus chauffés ou climatisés qu’avant, plus isolés et confinés qu’avant, conservent l’humidité. Il n’en faut pas plus pour favoriser le développement des acariens. Ces horribles bestioles sont souvent mis en cause lors d’allergies respiratoires. En plus, les polluants intérieurs sont concentrés dans l’air des appartements.

Antoine Sauce, pharmacien

Célia Klein-Navé, journaliste




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *