Search
samedi 3 décembre 2016
  • :
  • :

Rapport bestial au musée de l’Image

image_pdfimage_print

 

Martine Sadion, conservatrice en chef  au musée de l’Image et Christophe Petit adjoint au maire d’Epinal en charge de la culture

Les collections du musée de l’Image recèlent de trésors d’humour ! Un éléphant sans trompe, un lapin affublé d’une queue de renard, un serpent enragé et des singes rieurs…

La nouvelle exposition du musée de l’Image d’Epinal s’intéresse aux rapports complexes qui lient les hommes et les animaux.

Benjamin Rabier Couverture Esprit 4 pattes

Connu aujourd’hui comme le créateur de la Vache qui rit ou de Gédéon le canard, Benjamin Rabier, illustrateur et dessinateur de presse, est déjà réputé dans les journaux parisiens lorsqu’il crée des images pour l’Imagerie Pellerin en 1897 et pour l’Imagerie Quantin à Paris quelques années plus tard… Les quelques 21 images en feuille (dessin originaux à l’appui !) et les albums créés par Benjamin Rabier pour les imagiers ne font que confirmer le talent de cet illustrateur génial et prolifique.

boes_©charles_freger

En connivence, le photographe Charles Fréger montre, comme une galerie de portraits, ces hommes qui endossent, dans un monde à l’envers temporaire, les « habits » des animaux. Redevenir sauvage : l’homme « fait la bête », révèle sa part cachée, sans entrave. Portrait d’individu, silhouette anonyme ou portrait de groupe ? Résultat d’un travail de deux ans à travers 18 pays d’Europe, cet inventaire est loin d’être ethnographique. Ces créatures hybrides sont des figures tutélaires de l’homme sauvage.

L’exposition de l’été sera ouverte au public à partir du 29 mai prochain jusqu’au 1er novembre.

C.K.N.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *