Search
lundi 5 décembre 2016
  • :
  • :

Ils font du vélo vosgien en bambou dans les montagnes du Tadjikistan‏ Coup de bambou

image_pdfimage_print
L’équipe (crédit InBô.fr)

Trois amis voyageurs préparent une expédition dans les montagnes du Pamir au Tadjikistan avec des vélos fabriqués en bambou. Leur intention est d’utiliser l’aventure comme un prétexte pour encourager des initiatives responsables.

À l’été 2015, l’équipe Solidream se rendra dans les montagnes du Pamir au Tadjikistan afin d’y réaliser une boucle de 2000 km avec des vélos en bambou fabriqués par de jeunes ingénieurs français de l’entreprise vosgienne In’bô basée aux Voivres. Plus qu’un simple projet d’itinérance qui devrait les mener jusqu’au plus long glacier du monde, le Fedtchenko, ils souhaitent utiliser l’aventure comme un moyen de mettre un coup de projecteur sur des initiatives responsables et à dimension humaine. Durant leur voyage, ils iront à la rencontre de communautés locales œuvrant dans le même état d’esprit solidaire en encourageant notamment des projets d’artisanat. En tant qu’auteurs-réalisateurs, ils souhaitent également réaliser un film documentaire de leur aventure.

In’Bô, c’est l’histoire de cinq ingénieurs sur les bancs de l’école du bois (ENSTIB) à Epinal qui se sont retrouvés autour de deux passions : le travail du bois et les sports outdoor. Le club des 5 intègre la couveuse d’entreprises aux Voivres et fabrique ses premiers prototypes : des lunettes, un vélo en bambou et un longboard. Des produits « Made in Vosges » fabriqués à partir de ressources locales, qu’ils veulent élégants, légers, durables et performants. Ils parient sur la filière bois et le font dans les Vosges où ils y mettent de l’originalité et de la fantaisie.

In’Bô, c’est aussi une philosophie de vie : la création d’un environnement de travail avec des valeurs qui leur sont chères : un lieu où l’activité manuelle reprend son droit et où le Made In France retrouve son sens. Le bois est un matériau qui’ils ont appris à maîtriser pour en tirer le meilleur de ses caractéristiques. Ils jouent aujourd’hui avec les fibres pour mêler résistance et esthétisme.

Pour soutenir ce projet, une campagne de financement participatif a été lancée, permettant d’encourager à la fois l’artisanat local via l’entreprise In’bô et des artisans tadjiks.

Plus d’informations : http://fr.ulule.com/solidream-lambition-du-pamir/

C.K.N.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *