Search
lundi 5 décembre 2016
  • :
  • :

Epinal-Black out à 1h du mat’ Bonne nuit les petits

image_pdfimage_print

Grande décision, la ville a décidé d’augmenter le nombre d’heures et de couper l’éclairage de 1h à 4h du matin à partir de cette nuit. Le week-end, les lampadaires resteront allumés.

Suite aux baisses des dotations de l’Etat, la ville cherche à faire des économies. Le 6 et 7 janvier la ville d’Epinal a donc décidé de baisser la période d’éclairage public et éteint la totalité des lampadaires de 2h à 4h du matin sauf dans la nuit du vendredi au samedi et du samedi au dimanche.

Les 8000 candélabres de la ville resteront donc éteints du lundi au jeudi ! Cela doit permettre d’économiser 50 000 euros par an, c’est-à-dire 10% du coût. La dépense annuelle pour l’éclairage est de 550 000 euros.

D’autres collectivités comme Niort, Evreux, Saumur, Haguenau et même dernièrement Chantraine ont suivi la tendance et expérimentent aussi l’extinction avec succès. « Cela ne génèrerait pas plus d’incivilités. L’essentiel des cambriolages se font en plein jour » explique Patrick Nardin, 1er adjoint en charge des aménagements urbains.

Patrick Nardin a annoncé la décision de la ville d’augmenter la durée de coupure de l’éclairage public à partir de cette nuit

En plus d’avoir un coût pour la collectivité, l’éclairage artificiel pollue. « Il y avait une nécessité à préserver les différents écosystèmes. La loi demandait à ce que l’on prenne un dispositif pour préserver l’environnement» argumente Patrick Nardin.

Les candélabres seront également remplacés petit à petit par des systèmes moins énergivores. « La ville engage 4,9 millions d’euros de travaux sur 8 ans pour faire 43% d’économie et 12% sur la maintenance » témoigne le 1er adjoint.

Certaines personnes souhaitaient que la mairie éteigne un candélabre sur 2 mais ce n’était pas techniquement possible. « Nos installation ne nous le permettent pas. Nous ne pouvons pas agir sur chaque lampadaire » assure Patrick Nardin.

Autre demande : enlever une ampoule sur 2 mais cela risquait de créer des zones d’insécurité.

Pour 2015, près de 350 000 euros seront attribués au remplacement des lampadaires.

C.K.N.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *