Search
samedi 10 décembre 2016
  • :
  • :

La CGPME des Vosges réaffirme son « OUI » pour la gare de Vandières

image_pdfimage_print

Suite à la consultation du 1er février et en amont des décisions du Conseil Régional de Lorraine du 19 février prochain, la CGPME des Vosges, au nom des milliers d’entreprises qu’elle représente, demande au Conseil Régional de valider le lancement de la gare de Vandières, et d’engager les études nécessaires à la transformation ou non de la gare provisoire de Louvigny.

Le dimanche 1er février 2015 les électeurs lorrains ont émis un avis concernant la consultation sur la future gare d’interconnexion de Vandières et l’avenir et la transformation éventuelle de la gare provisoire de Louvigny.

Un taux de participation des plus faible (inférieur à 10%), un vote favorable dans les Vosges et en Meurthe-et-Moselle.
Comme l’avait relevé la CGPME, en amont de cette consultation, l’ambiguité de la question, deux sujets traités : gare de Vandières et transformation de la gare de Louvigny n’étaient pas à même de clarifier les débats. De même la confédération vosgienne avait indiqué que cette consultation n’était pas nécessaire compte tenu d’une part des accords largement majoritaire qui avaient été actés et d’autre part compte tenu du coût de mise en place de cette consultation.

Les résultats de l’enquête menée par la CGPME, auprès des chefs d’entreprise vosgiens (enquête menée du 14 au 16 janvier auprès de 4 359 chefs d’entreprise, taux de participation 20 %) démontraient l’attente des entreprises vosgiennes : près de 60 % favorable à la nouvelle gare d’interconnexion.

Les citoyens vosgiens ont confirmé dans les mêmes proportions cette attente le 1er février, particulièrement dans les principales villes vosgiennes situées sur le réseau TER (Remiremont, Epinal, Saint-Dié des Vosges…).

Les garanties apportées par la SNCF concernant le maintien des TGV directs Remiremont-Epinal/Paris ou Saint-Dié/Paris sont à ce jour actées. Le Conseil Régional de Lorraine, s’engage également à adapter le cadencement des TER pour rejoindre la gare de Vandières.

Pour la CGPME et l’ensemble des entrepreneurs vosgiens, cette gare permettra au sud Lorraine (et plus largement à l’ensemble de la Lorraine) d’être raccordés via le TER aux lignes LGV (vers Aéroport de Paris, Bordeaux, Nantes, Lille, Angleterre, Allemagne…) et ce sans être contraints d’utiliser sa voiture pour se rendre à la gare (provisoire) d’interconnexion de Louvigny.

Le Conseil régional a confirmé que les financements sont assurés pour la construction de la gare d’interconnexion de Vandières (par la TICPE, taxe sur les produits pétroliers et sans impôts supplémentaires pour les Lorrains) .

La CGPME des Vosges attend du Conseil régional, que soit lancée dans les plus brefs délais une véritable étude d’opportunité avant d’envisager l’évolution de la gare de Louvigny en gare Fret TGV.

Enfin la CGPME des Vosges réitère sa position et ses demandes concernant l’ouverture vers le sud (vers Lyon-Marseille) à savoir raccordement à la ligne LGV Rhin-Rhône via Epinal-Lure-Villersexel. Il semble que ce dossier par manque de soutien de l’ensemble des décideurs lorrains soit aujourd’hui passé à la trappe. Le Conseil régional devrait peut-être relancer une concertation régionale sur le sujet via le CESEL !

« La Lorraine a besoin d’équipements de transport à grande vitesse utile et pertinent, il en va de l’avenir de nos territoires et de notre économie pour les 30 ou 40 années à venir. Il est temps aujourd’hui de dépasser les clivages et les postures, solidarité régionale et confiance sont plus que jamais nécessaire ».

En conclusion la CGPME au nom des d’entrepreneurs vosgiens qu’elle représente et défend au quotidien, demande aux élus du Conseil Régional de Lorraine réunis le 19 février prochain :

d’une part, de voter en faveur de la gare d’interconnexion de Vandières,

d’autre part, de voter pour que soit lancée immédiatement une étude économique concernant la transformation de la gare de Louvigny en gare Fret TGV

et enfin, de relancer une concertation régionale sous l’égide du CESEL concernant l’ouverture vers le sud.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *