Search
dimanche 11 décembre 2016
  • :
  • :

Nouvelle Région Grand Est – Le Sillon Lorrain tousse Le choix de Strasbourg comme capitale doit être étudié

image_pdfimage_print

Les élus du Sillon Lorrain, regimbent : le choix de Strasbourg comme capitale de la région Grand Est (Alsace/Lorraine/Champagne-Ardenne) se doit d’être concerté et non imposé par les parlementaires.

C’est la teneur d’un communiqué que nous vous livrons ci-dessous.

 

Lorraine Champagne-Ardenne

« Le vote de la Loi de réforme territoriale transforme en profondeur la cartographie administrative et politique de la France : les élus du Pole métropolitain européen du Sillon Lorrain ayant voté à l’unanimité une motion relative au périmètre de la future grande Région, qui ne pouvait pas s’imaginer sans l’Alsace, prennent acte de la fusion programmée au 1er janvier 2016 de l’Alsace, la Lorraine et Champagne-Ardenne.

Ce périmètre présente une opportunité de créer de nouvelles dynamiques de territoire, avec pour objectif l’accroissement de l’attractivité de cette Eurorégion grâce au renforcement des liens économiques, universitaires, touristiques, et européens, dans une logique de renforcement de nos liens transfrontaliers si spécifiques à notre territoire bordé de 4 pays voisins.

Il est en effet essentiel de donner à ce nouvel espace territorial les moyens permettant d’organiser une offre de services quotidiens de dimension transfrontalière :

près de 250.000 emplois nouveaux doivent, en effet, être pourvus en Sarre, Luxembourg et Rhénanie-Palatinat, d’ici dix ans, générant chaque année plus de 10 Milliards d’euros de pouvoir d’achat supplémentaire.

La question du périmètre est aujourd’hui réglée par l’adoption de la loi de Réforme territoriale.

Cependant, plusieurs maires et présidents d’agglomération de Lorraine et de Champagne-Ardenne ont cosigné une tribune publiée très largement dans la presse, par laquelle ils protestent contre l’amendement déposé par des parlementaires Alsaciens, qui désigne Strasbourg comme Capitale de la nouvelle Région Grand Est :

cet amendement, qui a été adopté, est à la fois incompréhensible et injustifiable.

Strasbourg sera peut-être choisie ultérieurement, mais le choix de la future Capitale « grandrégionale » doit être fait en concertation avec les élus de la nouvelle région et non pas imposée par voie législative.

Strasbourg

Un autre enjeu se dessine pour notre territoire : il est essentiel de veiller à une répartition équitable des différentes institutions et directions régionales des services de l’Etat (Agence régionale de Santé, Direction régionale des Finances publiques, etc…) au niveau des trois nouveaux pôles urbains majeurs : Châlons–Epernay-Reims ; Metz-Nancy-Thionville-Epinal et Strasbourg-Mulhouse.

Il est en effet impératif de bien comprendre dès à présent que nous devrons préparer cette réorganisation de l’administration territoriale de l’Etat dans cette région fusionnée, dans un souci d’aménagement équilibré des territoires.

La nouvelle organisation qui découle de la fusion des régions pourrait en effet fortement déstabiliser les économies locales : il faut trouver entre nos territoires et l’Etat un point de consensus ou tout au moins d’équilibre cohérent.

Quoi qu’il en soit, le 31 décembre 2015 marquera la disparition des Régions Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne, avec de facto un renforcement des pôles métropolitains comme acteurs privilégiés de la structuration du territoire, en lien avec les intercommunalités et les départements de la nouvelle grande Région.

Dans ce contexte nouveau, le Pôle métropolitain européen du Sillon Lorrain a un rôle important à jouer d’interface entre les deux strates fondamentales renforcées par cette nouvelle organisation territoriale que représentent d’une part les régions en charge du développement économique et qui participent à la compétitivité des territoires et d’autre part les intercommunalités en charge de la vie quotidienne, et qui participent à l’attractivité des territoires.

C’est pourquoi il est proposé que, pour se préparer à cette échéance qui arrive vite, un an… que le Pole Métropolitain européen du Sillon Lorrain mette à profit le 1er semestre 2015 pour mettre en place le programme partenarial avec les territoires associés (Vittel, Commercy, Remiremont, Pont-à-Mousson) et nos partenaires transfrontaliers (Luxembourg, Sarrebruck, Trèves, Walonnie, Rhénanie-Palatinat jusqu’à la Suisse), tel qu’il est prévu dans le règlement intérieur que nous avons modifié et adopté le 13 octobre dernier.

De plus, il organisera au 1er trimestre 2015 une rencontre des Pôles métropolitains de la future Grande Région (avec G10 Reims et Strasbourg-Mulhouse) afin de travailler ensemble sur les enjeux de la réforme territoriale et notamment le choix de la future capitale régionale et de ses institutions.« 

Les élus du Pôle Métropolitain Européen du Sillon Lorrain




Une réaction sur “Nouvelle Région Grand Est – Le Sillon Lorrain tousse

  1. mirabelle

    vous avez tout à fait raison ,le gouvernement n’a pas à imposer le choix de la capitale cela doit etre voté par les responsables des trois régions! l’ Alsace n’ a pas à s’ imposer!et à forcer cette décision !!

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *