Search
jeudi 8 décembre 2016
  • :
  • :

Épinal – Jeunesse, régionalisme, romans et bandes dessinées au Salon du livre

image_pdfimage_print

Le Salon du Livre commence demain.

Pendant deux jours, les 13 et 14 décembre,  de 11h à 18h sous le Chapiteau de la Place de la Chipotte de nombreux auteurs seront présents afin de présenter de beaux livres, jeunesse, régionalisme, romans et bandes dessinées.

Que ce soit pour son plaisir personnel ou pour offrir à l’occasion des fêtes, tous les lecteurs, adultes, enfants ou ados trouveront nécessairement leur bonheur.

Second coup de projecteur aujourd’hui après celui d’hier (lire notre article) sur 4 auteurs qui seront présents à ce salon :

François LE TACON – ARTS DE LA TABLE ET ART NOUVEAU – Editions Serpenoise – régionalisme

François Le Tacon est auteur et directeur émérite de recherche à l’INRA.
Il se passionne pour les forêts et l’écologie.

Le livre

Dans cet ouvrage richement illustré de près de 300 photographies, François Le Tacon étudie comment l’Art nouveau a influencé les Arts de la table, principalement en France, dès 1870 avec Emile Gallé, puis dans toute l’Europe.

Après une présentation du décor Art nouveau de prestigieux restaurants parisiens, l’auteur décrit parmi les plus belles salles à manger Belle Epoque dont la création a mobilisé les artistes les plus marquants du mouvement Art nouveau.

Le cœur de l’ouvrage est constitué par une sélection exceptionnelle de services de table en faïence ou en porcelaine, de services de verres, de pièces d’orfèvreries, de menus, publiés avec le concours de grands musées, de marchands d’art renommés et de collections privées.

Claude VAUTRIN – LA FORET VOSGIENNE Petits secrets et grand dessein – Editions Du Belvédère – régionalisme

Claude Vautrin est journaliste, responsable de la rédaction de Massif des Vosges magazine.
Le livre:

Cet ouvrage servi par les images de Denis Bringard nous entraîne dans une escapade en treize chapitres.

Au fil des pages, Claude Vautrin évoque la faune, la flore, la difficile cohabitation entre chasseurs et forestiers, entre adeptes de sports mécaniques et randonneurs. Il parle du retour du loup parallèlement à la disparition annoncée du lynx. Il retrace les souffrances guerrières et tempétueuses.

Il narre cette forêt, source d’inspiration pour les verriers de l’art nouveau, les écrivains, les sculpteurs, les peintres…

 

Bruno ROUYER – LES CHIENS DE GUERRE FIDELES AUXILIAIRES DES POILUS – Editions Gérard Louis – régionalisme

Bruno Rouyer habite Pompey. Il a effectué son service militaire dans l’armée de l’air à Reims et à Nancy Ochey.

Passionné par la guerre de 1914-1918 et amoureux des chiens, Bruno Rouyer associe dans ce livre ses deux passions.

Le livre :

De la première Guerre mondiale, les mémoires ont gardé, à juste titre, le souvenir de l’ampleur des pertes humaines et des destructions.

Bruno Rouyer dévoile dans cet ouvrage un aspect peu connu et parfois oublié de ce conflit : l’aide inestimable que les chiens de guerre y ont apportée.

Il évoque l’utilité, sanitaire et affective, le dressage, les fonctions de ce fidèle auxiliaire des poilus. Il retrace l’épopée des chiens de traineaux de l’Alaska dans les Vosges, la place des chiens dans la propagande de guerre puis leur démobilisation et leur utilisation après la guerre.

 

Anne VILLEMAN–SICHERMAN GUET-APENS  RUE DES JUIFS – Editions Du Quotidien – roman

Anne Villemin–Sicherman est docteur en médecine, issue d’une lignée de trois générations de vétérinaires.

Elle est également chroniqueuse à Radio Jerrico depuis 14 ans.

Passionnée par Metz et son histoire, elle nous plonge par ce premier roman, au cœur de la vie quotidienne des Messins au XVIIIe siècle.

Le livre :

À Metz en 1770, Augustin Duroch, jeune artiste vétérinaire est aux prises avec une mystérieuse maladie qui se propage dans les écuries de l’intendant du roi. L’assassinat d’un marchand juif perpétré dans le ghetto est-il en relation avec cette épidémie énigmatique ? La ville de Metz avec ses ruelles mal éclairées et sales, ses belles demeures, ses bouges mal famés, sert de décor à cet imbroglio.

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *