Search
vendredi 9 décembre 2016
  • :
  • :

Film fantasique de Gérardmer – Christophe Gans : un président éminemment fantastique et cinéphage Jeux vidéos, littérature, et bien sûr cinéma, le fantastique n'a presque plus de secret pour lui....

image_pdfimage_print

Pierre Sachot et son équipe ont dévoilé le président du jury long-métrages du 22ème Festival du Film Fantastique de Gérardmer : il s’agira du réalisateur français Christophe Gans, personnage particulièrement imprégné de culture fantastique qui fera son retour en perle des Vosges.

Pierre Sachot l’a annoncé C. Gans est actuellement au four et au moulin pour mettre sur pied l’équipe qui le rejoindra au sein du jury long-métrages

Comme l’a ainsi rappelé Anthony Humbertclaude lors de la conférence de presse qui s’est tenue au Casino joa de la Perle des Vosges, Christophe Gans a tout d’abord été journaliste dans plusieurs fanzines et magazines consacrés au fantastique, à commencer par le désormais culte « Starfix », considéré comme une véritable « bible cinéphilique » dont le ton engagé et les partis pris éditoriaux audacieux ont définitivement marqué plusieurs générations de cinéphages.

Après un premier court-métrage surgi dans les années 80, ce n’est qu’en 1994 qu’il passera à la réalisation sous l’impulsion de Samuel Hadida et en signant l’un des segments de l’anthologie lovecraftienne NECRONOMICON intitulé THE DROWNED. L’année suivante, il adapte l’un des monuments de la bande dessinée nippone, CRYING FREEMAN de Ryoichi Ikegami et Kazuo Koike (auteur de Baby Cart), et révèle une sensibilité à la croisée d’influences pop, classiques, occidentales et surtout orientales. Un film qui révélera au grand écran l’acteur Marc Dacascos.

En 2001, Christophe Gans tente de relancer le cinéma de genre et part explorer le XVIIIe siècle en pistant la fameuse Bête du Gévaudan dans LE PACTE DES LOUPS. Avec un casting en béton (Samuel Le Bihan, Vincent Cassel, Monica Bellucci, Marc Dacascos…), ce film d’aventure fantasmatique et lyrique, dont l’imagerie fétichiste et le mariage d’univers aux antipodes les uns des autres ont su séduire un très large public à travers le monde.

Féru de jeux vidéos, il adapte pour le cinéma en 2006 le chef-d’œuvre du jeu de terreur intitulé SILENT HILL. Christophe Gans accouche d’une œuvre d’épouvante gothique immersive et troublante qui lui permet de conquérir à nouveau une audience internationale. Après quelques années de silence justement, il revient sur les écrans en 2014 avec une nouvelle adaptation du célèbre conte « La Belle et la Bête » avec Vincent Cassel dans le rôle principal masculin. Se voulant proche de l’œuvre littéraire, il réalise un film inspiré des univers de Jean Cocteau ou encore d’Hayao Miyazaki, tout en créant sa propre esthétique.

FILMOGRAPHIE

* Également scénariste / ** également co-scénariste

2014 : LA BELLE ET LA BÊTE**

2006 : SILENT HILL

2001 : LE PACTE DES LOUPS**

1995 : CRYING FREEMAN**

1994 : NECRONOMICON – segment THE DROWNED*

1981 : SILVER SLIME – court métrage*




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *