Search
dimanche 11 décembre 2016
  • :
  • :

Billet d’humeur – Prénoms et statistiques : le bac pour Agathe, l’usine pour Kévin? Et la tête à Toto?!

image_pdfimage_print

Baptiste Coulmont, sociologue et maitre de conférence à l’université Paris 8, se penche depuis plusieurs années sur les prénoms des lycéens qu’il met en parallèle avec le taux de réussite au bac.

Ainsi,  tout novice  en matière sociologique qui découvrirait ces statistiques  pourrait  penser que  les parents souhaitant que leur enfant aille au moins jusqu’au Bac  devraient éviter  d’appeler leur progéniture  Kévin, Anthony, Dylan  si  c’est un garçon et Sabrina, Jessica ou Cindy si c’est une filleÀ l’inverse, Agathe semblerait un choix judicieux puisque 22% des filles portant ce prénom obtiennent une mention « très bien ».

Mais il faut avoir « la tête à Toto » pour imaginer un seul instant que le choix du prénom de son enfant puisse avoir une quelconque influence sur l’obtention ou non du bac par ce denier.

En effet, la réussite scolaire varie en fonction de l’origine sociale, du niveau de diplôme des parents et du sexe des lycéens. Et comme le choix d’un prénom dépend de ces même critères…  il est possible mais totalement erroné d’établir par un raccourci hasardeux un lien direct  entre le prénom et la réussite au bac.

La rhétorique pourra le faire croire, la sociologie non.  Aucun déterminisme n’est induit dans le choix du prénom de son enfant : c’est bien l’origine sociale qui est facteur d’inégalité dans la réussite scolaire.

Pour ceux qui souhaiterait connaitre le taux de réussite au bac des personnes portant leur prénom, Baptiste Cloumont a mis en ligne un « outil interactif« 

Nous l’avons bien entendu testé et nous n’avons pu résister à l’idée de soumettre à Toto un petit problème tout à fait d’actualité en cette période de fin d’année :

Sachant que 54 Noël ont eu 8 ou plus au bac 2012, 2013 et 2014, que 13 % ont passé les oraux de rattrapage, que 30 % ont eu entre 10 et 12 de moyenne, que 28 % ont eu mention AB, que 19 % ont obtenu la mention B et 11 % la mention TB :

question : le Père-Noël a-t-il son bac?

Ce problème n’est bien entendu pas réservé qu’à Toto, et ceux qui le souhaitent peuvent bien entendu tenter d’y répondre. Vous pouvez d’ailleurs nous envoyer vos réponses pour alimenter nos propres statistiques…

Si l’on se réfère à ces dernières d’ailleurs, nous nous avancerons à dire que les lycéens qui tenteraient de relever le défi  ont peu de chance un jour d’obtenir leur bac. Quant aux autres, adultes, qui feraient de même, ils ne sont probablement pas bacheliers et ne le deviendront très certainement jamais.

Et s’appeler Agathe ne changera rien à l’affaire.

Vla / Épinal Infos

∗∗

Pour aller plus loin