Search
samedi 10 décembre 2016
  • :
  • :

Nancy – L’ hôpital virtuel ouvre ses portes : du vrai faux, plus vrai que vrai La lorraine à la pointe de la simulation médicale

image_pdfimage_print

 Ce 22 novembre, l’école de chirurgie de Nancy et le Centre de simulation (CUESIM) de Nancy ont ouvert leurs portes afin de faire découvrir le futur hôpital virtuel de Lorrain

Ce projet est porté par le Pr Braun élu le 15 octobre dernier nouveau doyen de la Faculté de Médecine de Nancy au sein de l’Université de Lorraine et place notre Région à la pointe de la simulation médicale.

Plateforme régionale d’enseignement et de pédagogie, l’Hôpital virtuel, permet le regroupement sur un lieu unique du CUESIM, l’Ecole de Chirurgie de Nancy et du Centre d’Enseignement des Soins d’Urgences du CHRU. Le CUESiM a bénéficié de l’expérience de la Faculté de Médecine et du CHU de Nice déjà équipés

L’Ecole de Chirurgie de Nancy-Lorraine propose divers programmes de formation et de recherche, aux chirurgiens, aux internes en chirurgie, aux paramédicaux, aux chercheurs et ingénieurs biomédicaux.  Conçu selon le modèle des centres de simulation aéronautique, le Centre de simulation médicale CUESiM est un centre interprofessionnel et multidisciplinaire où étudiants, médecins, personnels infirmiers et thérapeutes “pourront travailler et apprendre dans un environnement reproduisant fidèlement les conditions de l’urgence, les complications, et même l’incertitude liée aux traitements médicaux, sans conséquences pour le patient”.

En effet, tout est “pour de faux” et pourtant le réalisme est total. Respiration, pouls, battement de cœur, rythme cardiaque, paroles…,  3 mannequins automatisés pilotés par informatique agissent et réagissent à chaque acte médical effectué. Ils souffrent de pathologies diverses et variées  “déclenchées” par un clinicien-formateur placé derrière un ordinateur “et auxquelles l’apprenant doit faire face en établissant le bon diagnostique et en opérant les gestes adéquats : ventilation au masque, intubation oro-trachéale, exsufflation et drainage de pneumothorax, abords veineux superficiels et profonds, abords artériels au membre supérieur, ponction lombaire, cathétérisme vésical… 

“Pour de faux” donc mais comme dans la “vraie vie »,  il est soumis à des aléas, comme par exemple un choc allergique en cours d’anesthésie, qui l’exercent à s’adapter le plus rapidement possible et à gérer les situations de crise. .

Un autre clinicien-formateur  est quant à lui observateur et analyse aussi bien les réactions émotionnelles, l’attitude, que les gestes de l’apprenant. Un bon médecin est non seulement  un technicien mais aussi un décideur. De là dépend la survie du patient. Si les “gestes qui sauvent” doivent être maitrisés, la gestion elle-même de l’intervention doit l’être aussi, ce qui suppose de la part de l’étudiant de savoir gérer son stress, communiquer, partager, déléguer, organiser.

L’hôpital virtuel est non seulement  un merveilleux outil pour rôder la maitrise des actes cliniques et leur organisation  mais aussi pour former psychologiquement et émotionnellement  les futurs médecins. Il permet également une formation continue des internes et médecins qui restent ainsi en prise avec les dernières pratiques.

Les possibilités qu’offre une telle plateforme sont infinies. Loin d’une formation consistant  à transmettre des connaissances théoriques et a établir des ponts entre théorie et pratique, elle permet une formation par compétences ,  un apprentissage par l’expérience et la pratique réflexive : le “must “en matière de pédagogie.

Vla / Épinal Infos

CUESiM Crédits photos© – I&M – Faculté de Médecine, Nancy




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *