Search
vendredi 9 décembre 2016
  • :
  • :

Ebola – Quelle prise en charge en Lorraine? Probabilité de la présence du virus en France : 75% d'ici la fin du mois selon une étude

image_pdfimage_print

 

Selon une étude faite par des scientifiques et parue dans la revue Plos Current Outbreaks et relayée par l’agence Reuters la probabilité qu’Ebola (fièvre hémorragique très contagieuse) atteigne la France d’ici au 24 octobre est de 75% .

Le chiffre a d’autant plus de quoi effrayer après la confirmation faite hier par le gouvernement espagnol de la première contamination répertoriée hors d’Afrique. Il s’agit d’une aide-soignante d’un hôpital de Madrid qui a contracté le virus en soignant deux missionnaires morts de la fièvre Ebola.
 

Mais il faut éviter la psychose et raison garder. Notre pays et mieux encore notre Région sont prêts.

En effet, depuis le 26 septembre, le CHRU de Nancy fait partie des 12 établissements de santé de référence(ESR) prêt à accueillir les patients ayant contracté le virus Ebola.

 

Dans l’Est, le CHU de Strasbourg est également habilité. 

Depuis le début de l’épidémie, en décembre 2013, plus de 7 478 personnes ont été infectées et 3 439 en sont mortes en Afrique de l’Ouest, selon l’OMS. 

Dans notre Région, c’est à l’ARS de Lorraine qu’il convient d’appliquer et de décliner le dispositif national piloté par le ministère des Affaires sociales et de la Santé :

L’ARS informe et demande à toute personne de retour des pays à risque depuis moins de 21 jours et atteinte d’une fièvre, de se présenter non pas aux urgences mais de contacter le SAMU centre15 afin qu’une évaluation de son état de santé soit réalisé.

©Leon Neal / AFP

Au moindre doute cette personne sera transportée vers le service du CHRU de Nancy dédié à la prise en charge des patients hautement contagieux. Elle sera alors accueillie en chambre d’isolement avec sas en pression négative par du personnel spécialement formé .

Les mesures sanitaires appliquée en Lorraine sont les mêmes que celles opérées dans toutes les régions de France à savoir :

– diffusion des recommandations nationales aux professionnels et aux établissements de santé, dont le signalement au Samu-Centre 15 de tout cas suspect.

– organisation avec les hôpitaux du parcours de soins de tout cas possible (prise en charge, transfert par le Samu, accueil dans des conditions d’hygiène et de sécurité optimales)

– si suspicion de cas : coordination entre l’infectiologue du CHRU, le SAMU, l’Institut de veille sanitaire (InVS) et l’ARS pour le classer. Deux hypothèses : soit le cas est infirmé, soit il est classé en «cas possible» (c’est-à-dire nécessitant des investigations complémentaires pour confirmer ou infirmer le diagnostic). Dans cette hypothèse, la personne est prise en charge par une équipe du SMUR et orientée directement vers l’unité d’hospitalisation dédiée au sein de l’ESR.

 

Vla / Épinal Infos




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *