Search
dimanche 4 décembre 2016
  • :
  • :

Les amanites sont déjà de sortie dans les Vosges

image_pdfimage_print
L’amanite rougissante

Pluie, soleil et elle pointe le bout de son nez ! L’amanite est déjà présente dans les sous-bois vosgiens. Au cours d’une randonnée aux environs d’Epinal vous pouvez les admirer, mais attention ce champignon peut s’avérer dangereux.
Si la famille des amanitacées comporte l’un des meilleurs champignons comestibles, l’amanite des Césars, ses autres membres doivent être abordés avec la plus extrême prudence. Ils sont presque tous toxiques ! Son représentant le plus connu, l’amanite phalloïde, est par ailleurs le responsable du plus grand nombre de décès parmi les amateurs de champignons !
Pour éviter tout accident, il est important de prendre un certain nombre de précautions :

– ne ramassez que les champignons que vous connaissez parfaitement. Certains champignons vénéneux ressemblent beaucoup aux espèces comestibles ;

– au moindre doute, ne consommez pas la récolte avant de l’avoir fait contrôler par un spécialiste en la matière (un pharmacien ou une société de mycologie) ;

– cueillez uniquement les spécimens en bon état et prélevez la totalité du champignon (pied et chapeau), afin de permettre l’identification ;

– ne cueillez pas près de sites pollués (bords de routes, aires industrielles, décharges);

– déposez les champignons séparément, dans une caisse ou un carton mais jamais dans un sac plastique qui accélère le pourrissement ;

– séparez les champignons récoltés par espèce, pour ne pas mélanger d’éventuels fragments de champignons lors de la cueillette ;

– lavez-vous soigneusement les mains après la récolte ;

– conservez les champignons à part et dans de bonnes conditions au réfrigérateur et consommez-les dans les deux jours au maximum après la cueillette ;

– consommez les champignons en quantité raisonnable après une cuisson suffisante, ne les consommez jamais crus.

En cas d’apparition d’un ou plusieurs symptômes, à la suite à une consommation de champignons de cueillette :
• appelez immédiatement un Centre antipoison ou le Centre 15;
• notez les heures du ou des derniers repas et l’heure de survenue des premiers symptômes ;
• conservez les restes de la cueillette pour identification.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *