Search
samedi 3 décembre 2016
  • :
  • :

Insolite – Lorraine : il avoue un meurtre à un policier du Tour de France

image_pdfimage_print

(avec AFP)

Chaque année le Tour de France offre son lot d’anecdotes. Plus ou moins drôles elles émaillent le Tour et contribuent à sa notoriété et à sa popularité. Celle qui vient d’être diffusée est particulièrement atypique et surprenante.

Un réfugié politique arménien de 38 ans résidant à Mont-Saint-Martin, aux frontières de la Belgique et du Luxembourg, s’est présenté dans la rue à un policier assurant la sécurité de la dernière étape du Tour de France pour lui avouer avoir tué un autre membre de la communauté arménienne.

 Il a été interpellé dimanche à Paris pour le meurtre de son compatriote commis la veille, un homme de 47 ans, retrouvé samedi soir , le corps maculé de sang, par des promeneurs à proximité d’un étang, à Haucourt-Moulaine, près de Longwy

« Au départ, les policiers ont eu du mal à le croire. Ils l’ont finalement placé en garde à vue dans un commissariat du VIIIe arrondissement », a expliqué le commissaire adjoint du SRPJ de Nancy, Franck Dannerolle.

« Il ne s’explique pas sur ses motivations, ni sur ce qui l’a conduit à se présenter devant un policier à Paris, si ce n’est les remords », a souligné de son côté le vice-procureur de Nancy, Amaury Lacote.

« Il n’y a aucun témoin direct de la scène de crime, mais plusieurs personnes disent avoir entendu plusieurs coups de feu, sans précision », a indiqué le commissaire.

En garde à vue, le suspect a reconnu avoir tué son compatriote avec un pistolet volé il y a une quinzaine de jours, mais qui n’a toujours pas été retrouvé. Les deux hommes, qui se connaissaient, étaient liés par une dette non-honorée, selon le vice-procureur.

Le corps, qui doit être autopsié mardi, « a été retrouvé dans un endroit régulièrement squatté par des gens qui font des barbecues, ou qui boivent beaucoup », a souligné M. Lacote.

Le tueur présumé, en France depuis deux ans après avoir vécu en Ukraine, était jusqu’alors inconnu des services de police et de justice, de même que sa victime.

Il doit être déféré mardi après-midi devant le parquet, avant une mise en examen probable « pour homicide ou assassinat ». Il encourt 30 ans de réclusion criminelle, voire la perpétuité si la préméditation était retenue.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *