Search
jeudi 8 décembre 2016
  • :
  • :

Éducation : les zones à risques d’échec scolaire dans les Vosges et à Épinal

image_pdfimage_print
Cliquer pour agrandir

Le Ministère de l’Éducation nationale a fait paraitre l’Atlas académique des risques sociaux d’échec scolaire.

Ce dernier par une approche territoriale apporte un éclairage sur le risque de décrochage scolaire en analysant et cartographiant, à l’échelon cantonal, les facteurs plus ou moins propices à la réussite scolaire et la difficulté scolaire qui peut conduire à l’abandon précoce des études.

Dans chaque académie, sept variables susceptibles d’agir sur l’échec scolaire et l’orientation des élèves sont observées : niveau de revenu des ménages, conditions d’emploi, niveau de diplôme des parents, part des familles monoparentales, nombre d’enfants, conditions de logement. Cette étude aboutit à l’identification de six niveaux de risques sociaux.

Dans le département les risques sociaux d’échec scolaires sont diverses avec de manière générale

– une fragilité culturelles dans les petites communes dans le sud ouest

– une précarité et fragilité  économique dans tout le nord qui se cumule à des fragilités familiales et cultuelles en milieu urbain dans les cantons de Charmes, Châtel sur Moselle et Rambervillers. Bains- les-Bains cumule également ces fragilités.

En ce qui concerne notre canton d’Épinal, il est surtout marqué par des difficultés d’habitat social et de vie familiale  mais dispose d’une bonne sécurité économique et d’un bon soutien culturel.

Cette carte du risque d’échec scolaire est à mettre en regard avec celle d’un indicateur de sortie précoce du système éducatif : il s’agit de la part des jeunes non diplômés parmi les 15-24 ans non scolarisés, calculée à l’échelle du canton à partir du recensement de la population.

Ainsi on constate qu’à  l’ouest vosgien ainsi que dans les cantons de Rambervillers et Fraize , 31% des jeunes de 15-25 ans qui sont sortis du système scolaire sont sans diplôme. Le phénomène est encore plus marqué à Épinal, Bains-les-Bains, Charmes et Senones où le pourcentage atteint 62%.

Si ce fort taux s’explique pour grande partie par la fragilité économique dans les cantons de Bains-les-Bains, Charmes et Senones, les raisons sont différentes à Épinal et sont à trouver dans la cellule familiale et l’habitat social.

Accéder à l’ensemble des données sur le site du gouvernement

Télécharger l’Atlas académique




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *